Disponibilité des pièces détachées par fabricant d’électro-ménager.

Le GIFAM ( Groupe Interprofessionnel des fabricants d’appareils d’Equipement Ménager) rassemble une cinquantaine d’entreprises, grands groupes multinationaux et PME.

Les fabricants proposent deux tableaux récapitulatifs des pièces détachées disponibles pour le PEM  ( petit électroménager ) et le GEM ( gros électroménager) :

Le GIFAM et ses adhérents ont travaillé à l’élaboration de documents très facilement lisibles et compréhensibles. Chaque marque est identifiée par son logo et la durée de disponibilité des pièces détachées est indiquée à côté.

Le premier tableau recense les principales marques de petits appareils électroménagers (fer à repasser, aspirateur…), dont les pièces sont disponibles entre 3 et 10 ans.

Le second tableau, sur le même modèle, est dédié aux marques de gros électroménager (réfrigérateur, machine à laver, …) dont les pièces détachées sont disponibles entre 5 et 11 ans.

Réparer soi-même:

 

Marie-Christine, couturière bénévole :

« Je me suis retrouvée tout à fait par hasard derrière une machine à coudre au premier Repair-café. Je devais juste accompagner mon mari. Lui est un bricoleur expert pour sa famille et ses amis. Il met ses compétences au service du plus grand nombre.
Moi, je ne suis plutôt une bricoleuse du Dimanche qui cherche à faire un tas de choses très personnalisées de mes mains en partant de matières qui sont à ma disposition. Je récupère un tas de choses pour acheter le moins, et le moins cher possible.
Au second Repair-café, j’ai eu le joie de retrouver une collègue couturière qui a les mêmes habitudes que moi. Nous avons partagé nos compétences et les avons facilement mises à disposition des visiteurs.

Les ourlets de pantalons et le raccommodage de base que nous apprenons à faire restent au top du hit parade des demandes.
Nous sommes sollicitées le plus souvent par des femmes plutôt jeunes. Au premier Repair-Café,  une petite fille a fait toute seule l’ourlet d’une jambe du pantalon de son papa laissant l’autre à sa maman. Quelques jeunes hommes souhaitent aussi apprendre à faire des ourlets.
Quand les mains travaillent, les échanges se font sur les choix de vie. Toutes les personnes présentes souhaitent une vie plus économe, plus riche de rencontres, un peu plus de travail sur l’être que sur le paraître. Entre aiguilles et ciseaux, on repart avec une bouffée d’oxygène, tous heureux d’avoir échanger avec de vrais gens (sans écran) qui finalement nous ressemblent un peu.
Toutes les discussions peuvent se poursuivre auprès d’un café, on peut discuter avec d’autres participants ou avec les visiteurs qui patientent avec le sourire.

Ce n’est qu’en étant présent au Repair-Café, qu’on peut être témoin de pareilles choses !

Je suis vraiment ravie de faire partie de cette aventure humaine, positive, et utile pour les gens.
Mon mari Christian y a pris goût, il la vit comme une nouvelle habitude de vie. »

couturieres
L’équipe des couturières